Barakamon

Barakamon

Synopsis :

Seishu Handa, étoile montante de la calligraphie japonaise, collectionne les prix d’excellence pour son travail. Beau et jeune, mais surtout d’une arrogance sans bornes, il met sa carrière en péril le jour où, excédé, il assomme un éminent conservateur de musée qui juge son travail “formaté et sans saveur”… Sanction immédiate pour ce coup de sang : Seishu est puni et contraint d’aller expier son crime sur une petite île, au fin fond de la campagne nippone !

Le jeune citadin, qui espérait au moins pouvoir pratiquer son art dans le calme, ne tarde pas à déchanter : entre les voisins qui débarquent à l’improviste et la bande de gamins qui a choisi son atelier comme terrain de jeu, la partie s’annonce compliquée… Attachants, irritants, farfelus et pleins de vie, les habitants du village vont chambouler son quotidien bien réglé.

Naru

Aperçu :

*Œuvre Originale : Yoshino Satsuki
*Studio d’animation : Kinema Citrus
*Réalisateur : Tachibana Masaki
*Chara-Designer : Majiro

*Opening : « Rashisa (らしさ) par SUPER BEAVER
*Ending : « Innocence » par NoisyCell
La version longue pour les curieux, cliquez ici : #DaFeels

Ohayo mina ! On se retrouve aujourd’hui avec une nouvelle dose « tranche de vie » avec : Barakamon !
Ce Shonen concocté par le studio d’animation Kinema Citrus (Black Bullet / Code: Breaker / Yuyushiki) est sorti en Juillet 2014 (Hiver).
Avec ses 12 épisodes, il se base sur les genres Comédie et Tranche de vie.

– Barakamon ? De la calligraphie et des gosses… en quoi est-ce intéressant ? 

C’est vrai que dit de cette façon, ça paraît simple et pas vraiment accrocheur… mais détrompez-vous !
C’est la beauté et la qualité de sa simplicité qui font de cet anime un vrai petit bijou.
Le synopsis est suffisamment long et explicatif pour vous donner une idée de la chose et éviter que je me répète.
Mais je rajouterai tout de même ici que, l’anime est intéressant car il se démarque des autres par son aspect de la calligraphie qui est peu souvent abordé dans l’animation japonaise; mais surtout par son côté réaliste (d’une part par les personnages ainsi que les seiyuus des gamins).
Bref, une bonne bouffée d’air frais vous attend !

Quelques noms/infos des seiyuus :

(Cliquez pour agrandir l’image)

Hara Suzuko
– Kotoishi Naru (Barakamon)

Ono Daisuke
– Handa Seishuu (Barakamon)
– Le corbeau (Nichijou)
– Sinbad (Magi: The Labyrinth of Magic)

Furuki Nozomi
– Yamamura Miwa (Barakamon)
– Otonashi Yukari (The Rolling Girls)
– Ellen (Nanatsu no Taizai)

Ookubo Rumi
– Arai Tamako (Barakamon)
– Nona (Death Parade)
– Date Masamune (Oda Nobuna no Yabou)

Uchiyama Kouki
– Kido Hiroshi (Barakamon)
– Evans Soul Eater (Soul Eater)
– Ichijou Raku (Nisekoi)

 

Liste des épisodes :

Épisode 1 : Barakamon
Épisode 2 : La ferme !
Épisode 3 : Hitonmochi
Épisode 4 : Les pères de l’île
Épisode 5 : Aller nager en mer
Épisode 6 : Les types de Tokyo
Épisode 7 : Poisson précieux
Épisode 8 : Danse bouddhique
Épisode 9 : Faillir se blesser gravement
Épisode 10 : Allons-y tous ensemble
Épisode 11 : Je suis à Tokyo
Épisode 12 : Heureuse que tu sois rentré

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon avis :

 

Barakamon : Un anime drôle et très attachant grâce à ses personnages réalistes (surtout Naru) mais aussi subtilement bien dosé par la finesse de son scénario et sa simplicité.

Comme je disais plus haut dans l’aperçu, le gros point fort de l’anime réside dans son côté frais mis en valeur par les personnages de l’anime. Je dirai même par LE personnage qui n’est autre que Naru. Cette gamine de 7 ans (doublée par une vrai petite fille – HARA Suzuko) rend l’anime on ne peut plus excellent. Attention je ne dis pas que les autres servent à rien, loin de là, c’est juste que ce personnage est tellement bien ficelé qu’on est obligé de l’apprécier; lui et l’anime. En d’autres mots, Kotoishi Naru est attachante et … réaliste ! (Petite précision, tous les seiyuus des gosses de Barakamon sont également des enfants. C’est pour cela que j’insistais sur l’aspect réaliste.)

Au bout d’un moment, on finit donc par s’attacher aux personnages et à leur quotidien qui sera, plus tard, légèrement perturbé par l’arrivée de notre héros, Seishuu, qui créera de nouvelles rencontres et relations qui seront alternées entre conflits et situations humoristiques.
Chaque personnage a son petit trait de caractère bien à lui. Que ça soit avec Seishuu, le jeune maître calligraphe au caractère bien trempé mais étonnamment très peureux. Notre fanatique de chasse aux insectes, Naru. Ou encore Miwa avec son caractère de garçon manqué et ses habitudes à apprendre beaucoup de « vocabulaire » à Naru. Sans oublier Tamako et son addiction au yaoi et mangas gores.

Hormis les personnages, les graphismes ne sont ni époustouflants ni horribles, mais ils sont très bons et rentrent bien dans l’esprit de l’anime. Surtout quand on admire l’opening ou l’ending qui sont simplement excellentissimes car niveau visuel ça claque, les dessins sont beaux, les musiques sont agréables, et rendent le tout extrêmement appréciable (tout colle parfaitement afin de nous plonger encore plus dans l’univers de l’anime).
Petite info : l’ending est réalisé par le même groupe que celui dans l’ending de Death Parade (NoisyCell).

En ce qui concerne l’histoire, il n’y a pas énormément de choses à dire de ce côté là. On suit les aventures de notre jeune Tokyoïte qui, suite à ses actes, tentera de se « ressourcer ». L’objectif de cette punition est de lui permettre de s’ouvrir l’esprit, qu’il se rende compte que la calligraphie ne se base pas essentiellement que sur les règles fondamentales mais également sur l’originalité… (principe qu’il a du mal a concevoir dans sa carrière).
Exile, découverte de soi, de l’autre et du monde seront les idées motrices de son voyage.

– Encore et toujours la phrase résumé, anti-pavé et… en italique !

Je dirai tout simplement que c’est un anime qui mérite largement plus d’être vu que d’en être parler ; pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas énormément de chose à raconter sur celui-ci puisque la trame de l’histoire est très classique dans ce Slice of Life.
A défaut d’être complexe, il risque d’agréablement vous surprendre de par sa qualité et sa fraîcheur car ce sont ces aspects qui font tout le charme de l’anime. On se laisse vite emporté par l’envie de découvrir la suite.
Bref, Barakamon est à la fois très drôle et très attachant. Les personnages, les dessins, les bandes sons, tout est subtilement bien dosé.

Barakamon Naru

Anime approved by Meepow !

Publicités

2 réflexions sur “Barakamon

  1. Pingback: Journal Otaku #6 | MangaNc

  2. Pingback: Le Journal Otaku #1 (Actus en bref) | MangaNc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s